Joel Miller
LEADER
SIDEMAN
BIOGRAPHIE

La première fois qu’il a embouché un saxophone, à l’âge de 10 ans, Joel Miller savait qu’il voulait devenir musicien de jazz. Son père, un compositeur de musique classique, enseignait à l’Université Mount Allison (Nouveau-Brunswick). Joel grandit à l’enseigne de la musique.

Lorsque Joel avait À l’âge de 13 ans, lses parents de Joel Miller l’inscrirent à l’atelier estival de jazz Jamey Aebersold, tenu à l’Université St. Francis Xavier (Nouvelle-Écosse). Miller était le plus jeune des participants et a été remarqué par le trompettiste Kevin Dean, l’un des fondateurs des programmes de jazz des universités St. Francis Xavier et McGill. Dean s’est rappelé souvenu de Miller, dont il devint le professeur quelques années plus tard à l’Université McGill. Selon lui :
« Joel a toujours eu une pensée créative de grande valeur, qui s’ajoute à son assiduité et à sa ténacité. Il est l’archétype du musicien de jazz  : unique, créatif et prolifique. »

C’est en 1996 que la carrière de Joel a pris son envol, avec le lancement de son premier album, Find a Way (Page Music). Le projet a été très bien reçu par la critique : […] Ses solos sont incroyablement mélodieux – pensez à Stan Getz ou à John Coltrane à son plus nostalgique […] un premier DC extraordinaire » (Mark Miller, The Globe and Mail).
Suivant le lancement de Find a Way, Joel reçoit le convoité Grand Prix Jazz au Festival International international de Jazz de Montréal  Montréal en 1997.

Depuis, Miller a pris plus d’une fois la tête d’affiche à travers les États-Unis, le Mexique, l’Europe, le Japon et l’Inde, se forgeant ainsi une solide réputation sur la scène internationale du jazz.  . Son jeu et ses compositions ont fait l’objet d’émissions nationales au Canada comme en Suède.

Musicien d’une étonnante polyvalence, Joel Miller a dirigé un vaste éventail d’ensembles, allant de groupes de jazz traditionnel et du projet Honeycomb – une expérience funk électro infusée de musique latine – à une collaboration unique en son genre avec l’éminent chef Iwan Edwards et sa chorale, Concerto Della Donna.

La carrière d’enregistrement du saxophoniste a commencé il y a 14 ans, avec le lancement de l’album Find A Way (1996). Ont suivi, Playgrounds (1998), Sky Beneath My Feet (1999), ainsi que deux albums contrastés : Mandala (2001) et Tantramar (2008). Miller a récemment sorti son album acclamé, intitulé Swim (Origin Records), mettra en vedette Geoffrey Keezer, Greg Ritchie et Fraser Hollins.

En plus d’avoir reçu le prix Opus 2005 pour le concert de l’année, Mandala, le quatrième album de Miller, se retrouve dans les choix de l’éditeur du site « All About Jazz » ;; il compte aussi parmi les cinq premiers albums jazz de l’année du palmarès d’Alain Brunet, critique de La Presse. Miller était aussi finaliste du prix de l’ADISQ pour le meilleur album de l’année, des National Jazz Awards pour le meilleur groupe acoustique et du prix de musique canadienne indépendante.
Le saxophoniste a joué et enregistré aux côtés d’Ingrid Jensen, Geoffrey Keezer, Matt Wilson,  Ben Monder, Kurt Rosenwinkel, Denzal Sinclare, Gary Versace et  et Henry Hey.

Récemment, ses compositions et prestations solos sur Treelines (2010), l’album de sa conjointe Christine Jensen, ont permis l’ascension de l’orchestre de jazz jusqu’au Juno pour le meilleur album de jazz contemporain 2011 et au prix Opus pour le meilleur album jazz 2011.

 

Infolettre Effendi

S'INSCRIRE



RADIO

Suivez-nous

Calendrier

Event calendar

D L M M J V S
 
 
 
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30